Pourquoi l’Australie ?

L’année 2011 est une année à la saveur particulière : j’ai récemment terminé mes études (avec un bac +5 en poche, pimpant mais pas si utile que ça). C’est la fin d’un cycle dans lequel, il faut bien l’avouer, j’étais confortablement installé. Pas vraiment adulte, plus tout à fait ado, la situation était plus que convenable. Cette année marque ainsi un virage assez profond dans ma condition : j’ai atteint le final d’une très, très, très longue ligne droite (qui a débuté il y a plus 20 ans, ca s’appelait la maternelle). Un final qui me semblait bien loin il y a quelques années de cela. Mais qui s’est rapproché tellement vite que le choc est tout de même rude à encaisser.

« Les études, c’est fini. Ouch. J’fais quoi maintenant moi ? Je n’ai connu que les bancs de l’école ! Faut que j’trouve un vrai travail, pas juste un truc d’appoint comme en été… Mais j’peux plus justifier que j’veux du boulot parce que je suis étudiant… Faut que j’bosse dans ma branche. Mais c’est ultra bouché l’environnement ! On propose que des stages! Bordel… J’sais pas pourquoi, j’le sens pas d’être jeune actif… Quoi ?! j’aurai plus jamais de 2ème burger gratos au McDo et je vais devoir payer mes place de ciné plein pot ??? Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah naaaaaan c’est trop nuuuul d’être jeune actif »

 Voila un peu l’idée de base.

Et la, on repense aux conversations plus ou moins alcoolisées avec ses potes (« après les études, je bouge d’ici et j’pars voyager ! »), on repense à tout les gens rencontrés qui ont voyagé, à leurs récits, à leurs encouragements à faire de même, on repense au fait que bordel,  on a jamais vraiment voyagé. Puis, un des potes plus motivé que les autres annonce « je pars telle date en Australie, ça va donner ». Et part. En avant Guingamp, je pars aussi !

Ce voyage est assez arrangeant. Sorte de fuite vers l’avant, cela permet de temporiser l’arrivée sur le marché du travail, d’apprendre/perfectionner une langue, de se tester face à l’inconnu, de tenter un mode de vie différent… Bref, de se forger une expérience qui me manque certainement tout en esquivant encore un peu la vie rangée « métro boulot dodo » (celle qui, même si on y passera presque tous, glace un peu le sang à 1ère vue).

Nous sommes en fait 2 à partir, et nous rejoindrons le 3ème compère, parti un mois en avance. Nous n’avons pas vraiment de but, ou de lieu précis à rejoindre. Le voyage, la découverte, les rencontres et la survie (financière j’entends, ne t’inquiète pas maman) seront, je pense, nos objectifs à courts/moyens termes. Après, sur le long terme, je vais essayer d’effectuer un stage ou un boulot dans ma branche professionnelle, si possibilité il y a. J’imagine que cela ne sera pas facile et paraît même presqu’improbable, mais on ne sait jamais ! L’occasion fait le larron, comme on dit.

Cet article, publié dans Billets d'humeur et pensées persos, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pourquoi l’Australie ?

  1. Morgane dit :

    « Métro boulot dodo »… nooon, t’inquiète pas, en vrai, c’est plutôt : « métro boulot apéro dodo », et le week-end, on fait la teuf, gnaaaa !!! C’est plutôt ça, être jeune actif ^^

  2. fred dit :

    c’est bien beau tout ça mais LES PHOTOS ALORS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s