Un an / un mois / un jour

Voilà maintenant un an tout pile que nous sommes partis en Australie.

Il y a un an, je sortais d’un calvaire de 25 heures d’avion, fatigué et éprouvé, ne réalisant pas encore en foulant le parvis de l’aéroport d’Adélaïde que l’année à venir aller être si riche en émotions, en rencontres, en découvertes et en apprentissages.

Il y a un an, je montais dans un bus qui m’amenait dans ma première auberge de jeunesse, la première d’une longue liste. Néophyte des galères et du voyage, plus touriste que backpacker, la route parcourue fût longue tant en expériences qu’en kilomètres.

Il y a un an commençait vraiment à germer en moi la graine de l’envie de voyager, de visiter, de découvrir, de voir par soi même. Difficile maintenant de ne pas imaginer mon futur sans un autre voyage d’une même envergure.

Il y a un mois, je rentrais en France. Contraste saisissant de décor, de mode de vie, de température. Mais ce n’était pas désagréable, le retour au bercail était une partie du voyage à part entière. Retour à la case départ, sous la grosse horloge de la gare SNCF de Tarbes. Une boucle est bouclée.

Il y a un mois, je ne parlais que de l’Australie. « En Australie, j’ai rencontré untel »,  « en Australie j’ai fait ça », « en Australie ça se passe comme ça »… Et doucettement, progressivement, j’ai arrêté. Parce qu’à force, on comprend que l’on doit faire saturer les gens en face. Difficile de partager une année de voyage, une année qui semble en contenir plusieurs, avec des gens qui ne l’ont pas vécue avec vous. L’expérience est finalement très personnelle. Alors au début, on se sent un peu coupé du monde. Et puis, tout rentre plus ou moins dans l’ordre, accompagné d’une sensation particulière.

Il y a un mois, tout était frais, clair. En un mois, un tout petit mois, l’année passée commence à paraître loin. Trente putain de petits jours qui gomment la vivacité, l’éclat des souvenirs. Trop bien dessinés pour n’être qu’un rêve, mais déjà si distants que l’on doute quelque fois qu’ils soient réels, ces foutus souvenirs deviennent flous. J’ai parfois l’impression de n’être pas parti. Un seul putain de mois. Heureusement, le blog est là : il me force à me rappeler, à recadrer les événements et les émotions.

Il y a un jour encore, je n’arrivais pas à écrire. Rien ne venait, la page blanche me narguait, l’envie n’y était plus. Syndrôme post traumatique du retour, syndrôme lost in translation, syndrôme de la grosse glande, appelez ça comme vous voulez. Et puis, cet « anniversaire ». Electrochoc. Est-ce que la période de deuil de ce voyage est passée ? Est-ce que j’ai finalement rattrapé le retard des différentes séries que j’ai manquées pendant un an ? Ou est-ce que j’ai envie de raviver un peu les souvenirs de cette année passée ? Allez savoir. Un peu des trois certainement. En tout cas, je compte bien terminer le récit de notre voyage, voire même, aller un peu plus loin. Ce blog n’est pas encore mort, non mais.

Dans un jour, le prochain post sur notre périple, accompagné de son post photos. Suivront un petit post sur le blog qui fête lui aussi ses un an et le dernier post du récit de voyage sur la Tasmanie.

Publicités
Cet article a été publié dans Billets d'humeur et pensées persos, Intendance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Un an / un mois / un jour

  1. sydneyquanon dit :

    Très beau billet !
    Cela me permet d’avoir un avant-goût de mon retour d’ici trois mois, et peut-être de m’y préparer 😉
    A la revoyure mon cher

    • cdva dit :

      Je ne sais pas vraiment si nous vivons tous de la même manière le retour. Peut être un peu… Content si ça peut aider 🙂
      Profite bien de tes trois mois, à bientôt !

  2. gianouz dit :

    Respect le lolo.

    • cdva dit :

      Merci.
      Désolé pour Paris, mais mon passage a été plus que fulgurant, je ne t’ai pas prévenu.
      J’espère qu’au cours de cette année je vais repasser par la capitale -cela voudra dire que j’bouge un peu-. Si c’est le cas, je ne manquerai pas de te le faire savoir.
      A bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s